Pourquoi tant d’établissements français ou belges ont fermé leurs portes à Gran Canaria ?

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria septembre 11, 2019 14:59

Pourquoi tant d’établissements français ou belges ont fermé leurs portes à Gran Canaria ?

De nombreux établissements français ou francophones ont fermé leurs portes au cours des dernières années et surtout au cours des derniers mois à Gran Canaria, entraînant souvent de véritables drames personnels ou financiers, mais qu’est-ce qui explique une telle déconfiture ?

Depuis toujours, Gran Canaria voit se succéder de nombreuses ouvertures de commerces, magasins, bars, restaurants, surtout dans les zones touristiques, et naturellement certains d’entre eux s’avèrent ne pas êtres rentables et sont contraints de fermer leurs portes, c’est tout à fait normal. Mais parmi les établissements français ou belges qui se sont installés au cours des dernières années, c’est une véritable hécatombe !

Quelles traces vont laisser dans les mémoires des commerces comme le café Es Fatal, le restaurant Novo, la brasserie May Be, la crêperie Bellevue, le ChrisBar, le restaurant Dali, la Brasserie Entre Nous, le café C’est la vie, le bar Calima, le bar Petit Wua, la boutique Décor Home, le bar Eliott Bar, la discothèque Babylone, le café Happy Fab, le restaurant Wua, la cafétéria Avenida 29, la bodega El Particularte, le restaurant Le Petit Lyonnais ou le Jungle Bar ? Ces noms vous disent-ils seulement quelque chose ? Il s’agit tous d’établissements français ou belges qui ont tenté leur chance dans le sud de Gran Canaria et qui ont fini par fermer prématurément. Cela fait beaucoup de rêves brisés en peu de temps.

Une expérience difficile

Personne n’aime parler des choses désagréables de la vie, surtout pas dans un endroit paradisiaque comme Gran Canaria, où on vient chercher le soleil, la détente et les plaisirs. Pourtant, il est bon de se rappler parfois que tout n’est pas toujours facile et que tout n’est pas toujours simple. Comme partout, il faut se méfier des apparences.

Quand un commerce ferme, cela fait l’effet d’une bombe pour ceux qui lui ont donné vie, qui s’y sont investis et qui y ont cru, c’est comme un être cher qui disparaît parmi vos intimes, il emporte avec lui une partie de vous, de vos rêves, de vos espoirs, c’est triste et frustrant. Qui plus est, une fermeture signifie souvent aussi une banqueroute économique, de grosses pertes, des fonds mals investis et perdus, on peut mettre longtemps à se refaire et à s’en remettre, c’est un véritable drame.

Sur le plan humain, l’épreuve est également terrible. Les principaux concernés vivent la fin de leur commerce comme un échec, ils se sentent seuls et restent généralement dans le silence et dans la honte, sans pouvoir en parler ni partager leurs émotion savec quiconque. La pudeur l’emporte sur tout.

Comme ils sont nombreux ceux qui sont arrivés sur l’île tout fringants et plein d’espoirs pour repartir finalement totalement ruinés, dépressifs et la queue entre les jambes !! Comment a-t-on pu en arriver là ?

Les raisons d’un fiasco

Quand on voit la liste des fermetures, une quinzaine d’établissements en quelques mois à peine – un nombre d’autant plus élevé que les établissements francophones sont peu nombreux sur l’île -, on ne peut s’empêcher de se demander ce qui ne va pas avec la méthode des Français à Gran Canaria. C’est bien simple, la liste des établissements qui ont échoué est beaucoup plus loongue que celle des quelques établissements quie xistent encore… Pourquoi un tel taux d’échec ? Peut-on identifier des causes communes ou récurrentes ? Quelles seraient les raisons de ce fiasco ?

Depuis 2015, il existe un service d’aide aux francophones qui veulent s’installer sur l’île et ouvrir un commerce. Ce service reçoit de nombreuses demandes en permanence, mais force est de constater que trop de personnes se lancent encore aujourd’hui dans une activité commerciale ou dans l’ouverture de leur commerce sans aucune expérience, sans conseil valable et sans demander l’avis de spécialistes. C’est la première erreur et la plus répandue chez les nouveaux arrivants à Gran Canaria.

On ne peut pas être nouveau dans un pays et penser que tout va se passer comme chez soi et qu’on va s’en sortir tout seul, qu’on n’a pas besoin de guide. On ne peut pas penser qu’on va se renseigner simplement auprès de deux ou trois copains qu’on a là-bas et qui connaissent bien l’île, que ce sera suffisant. Ce genre d’approche est totalement erronnée. Il est impossible de recevoir un avis objectif et professionnel dans de telles conditions, et dès lors tout est faussé. Pour tout projet commercial sur l’île, il est indispensable de consulter et de demander un avis d’experts et de professionnels.

D’autres points expliquent clairement la déconfiture des établissemenst français à Gran Canaria ces derniers temps. Outre le manque de conseil avisé, on voit souvent un manque de préparation, un manque de budget (ou une mauvaise gestion du budget), une mauvaise communication, un manque d’originalité, des prix mal adaptés, un manque de professionnalisme, un mauvais emplacement…  L’agence Vivre à Gran Canaria a justement été créée pour aider les entrepreneurs à se préparer du mieux possible pour éviter bien des erreurs et mettre toutes les chances de leur côté.

 

 

Lire également : 

 

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria septembre 11, 2019 14:59

Dîner-Spectacle Cabaret

Ne ratez pas le nouveau dîner spectacle "StarWorkers" au Cabaret Garbo's, quatre fois par semaine, réservez en ligne dès à présent avec un simple dépôt.

APPARTEMENT À LOUER

Playa del Inglés, appartement à louer, tout équipé, longue durée, à partir de novembre 2019.

VIVRE À GRAN CANARIA

Vivre à Gran Canaria, le site qui vous aide à vivre à Gran Canaria ou à vous y installer.

Suivez-nous !

Publicité et promotion

Faites-vous connaître à Gran Canaria et à partir de Gran Canaria par un large public francophone international Consultez notre Kit Média en ligne et contactez-nous pour réserver votre campagne publicitaire.

Recherche par catégorie