Le Musée à ciel ouvert de Maspalomas

Mis à jour : févr. 7

En 1993, un concours de sculptures géantes, organisé par la municipalité de San Bartolomé de Tirajana, ouvrait la voie à la création d'un véritable musée à ciel ouvert sur le territoire de Maspalomas. Mais de quoi s'agit-il et comment le découvrir ?


À l'origine, le musée à ciel ouvert était composé de seulement neuf oeuvres, des statues géantes et monumentales, résolument modernes, de style épuré et minimaliste, qui devaient contraster avec la vision traditionnelle - pour ne pas dire folklorique - qu'on avait de l'art dans les îles Canaries jusqu'à encore récemment. Aujourd'hui, les statues se sont multipliées comme par magie et on en compte une plus d'une trentaine, réparties un peu partout sur tout le territoire de la station balnéaire, signées par les plus grands maîtres de l'art contemporain, au niveau local comme national.


Neufs sculptures pour neuf villages


Au départ, elles devaient être neuf : "Neuf statues pour neuf villages". C'est le thème du concours d'art contemporain lancé par la municipalité de San Bartolomé de Tirajana en 1993 avec la complicité de l'école Luján Pérez* de Las Palmas. L'idée était de réaliser neuf sculptures qu'on placerait à l'entrée des neuf grands villages** qui composaient à l'époque la nouvelle agglomération urbaine de Maspalomas, et qui donneraient la bienvenue aux visiteurs du monde entier.


Le concours eut beaucoup de succès et pas moins de 104 propositions furent soumises au jury. Celles-ci firent d'ailleurs l'objet d'une exposition organisées au Centre cullturel de Maspalomas. Au final, onze oeuvres furent retenues, dix sculptures et une murale en céramique. Il fut alors décidé de les placer presque toutes le long de l'avenida de Tirajana qui relie Playa del Inglés et San Fernando, d'une part pour leur donner un maximum de visibilité en choisissant une des artères les plus passantes de la ville et d'autre part pour décorer un peu cette avenue imposante, jugée à l'époque trop vide et déshumanisée. C'est donc là qu'on peut admirer six d'entre elles aujourd'hui, tandis que cinq autres ont été placées dans d'autres points stratégiques de la station balnéaire.****


Árbol ("Arbre", un hommage à l'environnement), de Paco Palomino : Rond-point, intersection Avenida de Tirajana / Avenida Alféreces Provisionales (Playa del Inglés)


Cinco Continentes ("Cinq continents"), de Máximo Riol : Rond-point, intersection Avenida de Tirajana / Avenida Estados Unidos (Playa del Inglés)


Territorio ("Territoire"), de Juan López Salvador : Rotonda Plaza de Teror (rond-point), intersection Avenida de Tirajana / Avenida de Bonn (Playa del Inglés)

Palmeral ("Palmeraie"), de Máximo Riol : Plazota de Lothar Buss (rond-point) / Intersection Avenida de Tirajana / Avenida de Alemania (Playa del Inglés)


Homenaje a la Lucha Canaria ("Hommage à la lutte canarienne" ***), de Antonio Sánchez : Rotonda de la Paza de Tejeda (rond-point), intersection Avenida de Tirajana / Avenida de Tejeda (San Fernando de Maspalomas)


La Tunera ("Le Figuier de barbarie"), de Cristóbal Marrero Silva : Rond-point, intersection Avenida de Fataga / Avenida Alejandro del Castillo (San Fernando de Maspalomas)


Alisios-I ("Alisés I"), de Agustín Bolaños : Terre-plein central sur l'Avenida del Castillo, dans le parc de stationnement, en face du marché municipal de Maspalomas (Campo Internacional)


Alisios-II, ("Alisés II"), de Agustín Bolaños : Parc en face de l'hôtel Santa Monica Suites / Avenida Granada (Playa del Inglés)


Ingenierías Históricas ("Ingéniéries historiques"), de Rosa León : Intersection Calle Alajuela / Avenida Alejandro del Castillo (Campo Internacional)


Anillo móvil s/Cactus, ("Anneau mobile sur cactus"), de Juan Antonio Giraldo : Place du Temple OEcuménique "El Salvador" / Plaza del Templo Ecuménico "El Salvador" (Playa del Inglés)


Del Mar a la Cumbre ("De la mer aux sommets"), de Alicia Penín (Murale en céramique) : Rotonda de las Lavanderas (Rond-point des lavandières) / Intersection Avenida de Tirajana / Avenida de Fataga / Avenida de Tunte / Avenida de Galdar (San Fernando de Maspalomas)


Une tradition qui se perpétue


Depuis le fameux concours "Neuf sculptures pour neuf villages", la tradition des sculptures en plein air n'a pas cessé de perdurer et de se développer à Maspalomas, au point qu'on peut bel et bien parler aujourd'hui d'un véritable musée à ciel ouvert. On compte en tout plus d'une trentaine d'oeuvres significatives à admirer, toutes signées par les plus grand maîtres de l'art contemporain au niveau local comme national. En voici la liste détaillée.


Homenaje a la Constitución ("Hommage à la constitution"), de Tony Gallardo : Inauguré le 12 janvier 1990, Plaza de la Constitución / face à l'ancien édifice des bureaux municipaux de San Bartolomé de Tirajana (Campo Internacional)


Homenaje al Bar ("Hommage au bar"), de Lepoldo Emperador : Inauguré le 9 juin 2017, esplanade du phare de Maspalomas / Boulevard El Faro

Monumento a Colón / Monument à Christophe Colomb, de Etual Ojeda : Rotonda Cristobal Colón (Rond-point), intersection Avenida de Cristobal Colón / Avenida Touroperador Tui


El Agua y la lena ("L'eau et le bois de chauffage"), de Máximo Riol : Inauguré le 24 mai 2002, Paseo de la charca (près du pont de la Avenida Touroperador Neckermann). Cette statue a été vandalisée depuis et deux des trois tonneaux ont été volés. Aujourd'hui, il n'en reste qu'un.


Sisyphe : Sculpture sur le toit du café restaurant L'Opéra (Playa del Inglés), intersection Avenida Sargentos Provisionales / Avenida de Italia


Homenaje a la mujer del sur ("Hommage à la femme du sud"), de Giraldo : Inauguré en 1998, Parque San Fernando (appelé aussi Parque de la Iglesia), entre les rues Lanzarote y Tejeda (San Fernando de Maspalomas)


La Morena Marina ("La Murène marine"), de José María Sánchez : Plaza del Faro, 1 (Maspalomas) [ Le doute subsiste sur le nom et l'auteur de cette statue que d'autres appellent "La Noche, homenaje a Nestor" et attribuent à Benito Valladores. ]


Hommage au Mahatma Ghandi, de Ram Sutar : Inauguré le 28 mars 2011 : Parque de la Paz / Avenida de la Unión Europea / GC 500 (Campo Internacional)


Homenaje al burro ("Hommage à l'âne") : Inauguré le 13 février 2013, intersection Avenida de Fataga (GC 60) / calle Dali (Lomo de Maspalomas). La statue de l'âne a été mystérieusement dérobée dans la nuit du 26 au 27 mars 2013, mais elle été restituée par la suite.


El Caballo de Dalecarlia ("Le cheval de Dalahäster"), de Marta von Poroszlay : Inauguré 10 novembre 2012, Avenida de la Unión Europea / calle Las Retamas (Parc), San Agustin.


Hommage à l'arrivée des touristes à San Agustin dans le cadre des 50 ans de Maspalomas, de Pepe Dámaso : Inauguré 16 octobre 2012, rotonda GC 500 San Agustin (rond point), intersection calle de las Acacias / calle Buganvilla (San Agustin)


Amistad Universal ("Amitié universelle") : Inauguré le 17 juin 2005, Plaza de Rotary Internacional (Rond-point), Avenida Touroperador Tui / Avenida Touroperador Intamu (Campo Internacional)


Avestruces ("Autruches"), de Francisco Lopez : Avenida Finnair / intersection Avenida de la Unión Europea (Campo Internacional / Ciudad deportiva )


Mujer Tocado en Espiral ("Femme coiffée en spirale"), de Leopold Emperador : Inauguré en 1998, Paseo Costa Canaria


Pureza y Maternidad ("Pureté et maternité"), de Rogelio Garcia : Terre-plein central sur l'Avenida del Castillo, dans le parc de stationnement, en face du marché municipal de Maspalomas (Campo Internacional)


Campo de Amapolas ("Champs de tulipes"), de Paco Sanchez : Inauguré en 1999), rotonda de los tulipanes (rond-point), intersection avenida Alejandro del Castillo / calle Antonio Martín López / calle Fuerteventura (San Fernando de Maspalomas)


Homenaje al camello y al camellero ("Hommage au chameau et au chamelier"), de Etual Ojedad : Inauguré le 22 mai 2009, place en face du Centro Cultural de Maspalomas / Avenida de Tejeda (San Fernando de Maspalomas)


Homenaje a la Mujer Canaria Emigrante ("Hommage à la femme canarienne émigrante") de Cristóbal Marrero Silva : Inauguré le 8 Mars 1999, Parque de la casa Condal / calle Alcalde Marcial Franco (San Fernando de Maspalomas)


Princesa Arminda ("Princesse Arminda"), de Cristóbal Marrero Silva : Parc de la bibliotèque municipale / Centro Cultural / Avenida de Tejeda (San Fernando de Maspalomas)


Equilibrista (Équilibriste"), de Ana Louisa Benitez : Inauguré en 2002, Paseo Costa Canaria (Plage de San Agustin)


Grano de Arena ("Grain de sable"), de Agustín Ibarrola, José Duarte, Juan Serrano, Ángel Duarte et Juan Cuenca (Equipo '57) : Paseo del Faro (Phare de Maspalomas)


Portico ("Portique"), de Facundo Fierro : Paseo del Faro (Phare de Maspalomas)


Rotonda con pozo ("Rond-point avec un puit") : Inauguré le 22 août 2004, en hommage aux Anciens du quartier, intersection Calle Dali / Calle Sorolla (rond point), Lomo de Maspalomas


"4 Ramsés" ou "Ramsés II", de Andreu Alfaro : Originellement installé à l'entrée du pavillon espagnol de la Biénale de Venise en 1995, Paseo del Oasis (Phare de Maspalomas)



Plafond de céramique, de Pepe Dámaso (1969) : Hall d'entrée de l'édifice Las Arenas, Avenida de Italia, 23 (Playa del Inglés)


Oeuvre signée C. Markiku : Rond-point en face du Centro de Salud de Maspalomas (GC 503), intersection avec la rue qui mène au stationnement et au Centro de Salud (Campo Internacional)


* * *


Notes :


*L'école Luján Pérez (Escuela Lujá Pérez en espagnol) est une école de formation pour les artistes et artisans de Gran Canaria fondée en 1918 à Las Palmas, à l'initiative de l'avocat et penseur Domingo Doreste. Elle était située à l'origine rue Garcia tello dans le quartier Vegueta. On y enseignait les arts plastiques, le dessin technique, ainsi que l'histoire et les théories de l'art. Elle a donné naissance à de nombreux courants et créateurs d'importance et influents non seulement sur l'île mais pour tout l'archipel.


** Rappelons que Maspalomas est née de la réunion de plusieurs villages côtiers du sud de Gran Canaria et de diverses zones touristiques comme San Fernando de Maspalomas, El Tablero, Sonnenland, San Agustin, Playa del Inglés, Melonaras, Campo Internacional, Pasito Blanco, Playa de Águila, El Faro et Bahia Feliz.


*** La lutte canarienne est un sport de lutte qui se pratique uniquement aux îles canarie et qui provient de la tradition guanche (peuple autochtone et premiers habitants de l'archipel)


**** Deux exceptions à ce palmarès sont cependant à relever :

Une douzième oeuvre fut également retenue - la sculpture "Arraigo a la tierra" (Enraciné dans la terre), de Juan Antonio Giraldo - mais celle-ci a été installée à Ségovie pour souligner le jumelage entre San Bartolomé de Tirajana et cette ville de Castille-et-León (Castilla y León).

Une treizième a aussi été sélectionnée et primée - Molinos de Agua ("Moulins à eau"), de Rosa León - mais elle n'a malheureusement jamais été construite et n'est restée qu'à l'état de maquette.




79 vues