Installé à Mogan depuis 1988, le botaniste suisse Paul Schauenberg s’éteint à l’âge de 91 ans

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria août 8, 2019 13:58

Installé à Mogan depuis 1988, le botaniste suisse Paul Schauenberg s’éteint à l’âge de 91 ans

Né en Suisse en juillet 1928, le botaniste Paul Schauenberg s’est éteint à son domicile de Mogan le 12 juillet dernier, il était âgé de 91 ans et vivait à Gran Canaria depuis une trentaine d’années. Il laisse derrière lui une œuvre abondante ainsi qu’un souvenir chaleureux chez ses proches et nombreux amis.

Tout au long de sa carrière, Paul Schauenberg s’est illustré en tant que passionné des plantes et des animaux, il a écrit de nombreux livres à succès, dont certains traduits en plusieurs langues dans le monde entier. Il a également occupé divers postes dans des institutions prestigieuses comme le Museum d’histoire naturelle de Genève, le WWF ou le Journal de Genève.

Le texte ci-dessous est un hommage écrit par sa dernière compagne.

Paul Schauenberg. Le 11 juillet 1928 naissait dans le lit de sa maman, à la maison, entre sage-femme et papa actif et bouleversé, un petit être. Tout naturellement. Au matin du 12 juillet 2019, ce même petit être, devenu grand, puis vieux, rendait son dernier soupir. Dans son lit, à la maison, à côté de sa dernière compagne. Tout naturellement.

Et sa vie durant, cet homme, né curieux, observateur et amoureux des papillons dès son plus jeune âge, (à treize ans, il fut accueilli à l’unanimité par les importants messieurs de la société lépidoptérologique de Genève, l’actuelle Société Entomologique, SEG) suivit, sans jamais hésiter, ses nombreuses passions. Tout naturellement.

En novembre 1984, Paul Schauenberg, alors chargé de recherche au Museum d’histoire naturelle de Genève, publie Le Léman Vivant, pour lequel il accorde un entretien à une journaliste indépendante, intriguée par la beauté du livre et notamment par une photo de l’auteur, un nénuphar… Qui est cet homme, à la fois solitaire, réfléchi, doué d’un humour inattendu, imprévisible, séduisant les salles par son talent de vulgarisateur scientifique, en permanence à l’écoute des secrets de la nature ? Cette jeune femme d’alors veut le savoir. Oh ! Le temps d’une conversation! Elle y consacrera le reste de sa vie…

En culottes courtes déjà, Paul Schauenberg fréquente assidûment les coulisses du Museum, alors situé aux Bastions, où Henri Larsen l’initie à la taxidermie. Le jeune garçon élève des souris, des grillons, traque les nids de corbeaux et de pies, cultive un bout de jardinet que sa maman lui confie. Naturaliste en herbe, il dévore tous les livres d’exploration et d’histoire naturelle qui lui passent sous la main. On est à mille lieues du dieu Internet ! A l’image de ses héros, plus tard, il s’exilera.

En 1947, il termine son apprentissage à l’Ecole d’Horticulture de Châtelaine, l’actuel Centre Horticole de Lullier. Diplôme en poche, il fuit l’hiver helvétique dont il a horreur et embarque comme émigrant agricole au Brésil, billet simple course. Du choc bouleversant de la découverte de la jungle extravagante naîtra le désir de réaliser son propre Jardin Extraordinaire. Il réalisera cette obsession quelques quarante années plus tard avec sa dernière compagne, Rose-Marie Choulat, en créant le Jardin des Hespérides, à la Grande Canarie.

Mais avant ce rêve fou, beaucoup de choses se passent. Il voyage, photographie, lit, dessine, écrit. Il publie son premier livre, Les Plantes bulbeuses, paru en français et en anglais, et le Guide des Plantes Médicinales, traduit en cinq langues.

Et voilà que l’écrivain naturaliste s’amourache de la genette, yeux immenses et robe tachetée des grands soirs… Voulant tout savoir, il entreprend une licence en zoologie, termine par un doctorat. Le zoologue mettra sur pied, pour étudier la reproduction et la biologie, un élevage de petits félidés exotiques. Il ne tarde pas à jouir d’une réputation internationale comme spécialiste des félidés. Dans la foulée, il effectue de nombreuses missions en Amérique du Sud, en Asie, dans le Pacifique et l’Océan Indien. Dans le cadre de ses activités pour le WWF, il contribue à la création de parcs nationaux en Équateur.

Et toujours, il écrit. Reportages, chroniques, publications scientifiques, ouvrages sur la nature (La Vie étonnante de Nos oiseaux, en collaboration avec le photographe animalier Jacques Gilliéron, ouvrage primé en 1983, Faune et Flore de nos Alpes, Le Langage secret des animaux, etc.). Il collabore pendant une dizaine d’années au Journal de Genève avec ses chroniques appréciées l’Œil Ouvert, comptant près de deux mille articles.

Le temps d’une pirouette, il devient rédacteur en chef de la monumentale encyclopédie en vingt sept volumes « Le Royaume des Animaux », parue en français, italien et japonais, et du « Grand fichier Safari » publié en treize langues. Il publie régulièrement des reportages dans Animan, l’Echo Illustré, et d’autres journaux de quartier aujourd’hui disparus. Cette liste n’est pas exhaustive!

En octobre 1988, il s’envole avec sa compagne pour la vallée de Mogan, lieu idéal et prédestiné pour une histoire d’amour mêlée de foi et de persévérance autour d’un Jardin Extraordinaire, le Jardin des Hespérides, soutenu par les membres de l’Association des Ami du Jardin des Hespérides. Une revue, publiée quatre fois par an, relate cette
magnifique aventure humaine vécue par les membres et fondée sur la bonne volonté et l’enthousiasme, ponctuée par les écrits, les photos et les dessins de Paul Schauenberg. La collection complète a trouvé un noble refuge dans la bibliothèque du Jardin Botanique de Genève. Qu’il en soit remercié !

Les amoureux de la nature se souviendront certainement des conférences données à Lullier, de l’émission Zig-zag Café pour laquelle le journaliste Alex Décotte a tourné des séquences au Jardin, des émissions de Monsieur Jardinier, des visites commentées… Suite à des problèmes de santé, il a fallu fermer le Jardin, dissoudre l’Association. Mais l’empreinte de chaque participant, les morts et les vivants, reste à jamais ancrée dans ce lieu magique.

Aujourd’hui parti pour le Grand Mystère, les cendres de Paul Schauenberg iront, selon son désir, nourrir la terre fleurie qu’il a chérie. Une cérémonie d’hommage est organisée à son domicile avec ses proches et ses amis intimes.

 

 

À lire également :

 

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria août 8, 2019 13:58

Dîner-Spectacle Cabaret

Ne ratez pas le nouveau dîner spectacle "StarWorkers" au Cabaret Garbo's, quatre fois par semaine, réservez en ligne dès à présent avec un simple dépôt.

VIVRE À GRAN CANARIA

Vivre à Gran Canaria, le site qui vous aide à vivre à Gran Canaria ou à vous y installer.

Suivez-nous !

Publicité et promotion

Faites-vous connaître à Gran Canaria et à partir de Gran Canaria par un large public francophone international Consultez notre Kit Média en ligne et contactez-nous pour réserver votre campagne publicitaire.

APPARTEMENT À LOUER

Playa del Inglés, appartement à louer, tout équipé, longue durée, à partir de novembre 2019.

Recherche par catégorie