Las Palmas ville art déco, un patrimoine architectural florissant et méconnu

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria mars 7, 2016 12:00

Las Palmas ville art déco, un patrimoine architectural florissant et méconnu

On ne le sait pas toujours mais les rues de Las Palmas regorgent d’un riche héritage de style art déco, datant des années trente, qui s’affiche sur de nombreuses façades de bâtiments, des villas ou résidences et des édifices publics disséminés un peu partout à travers la ville.

C’est un patrimoine trop souvent sous-estimé et largement méconnu mais Las Palmas possède un véritable héritage de style art déco qui pourrait susciter l’attention au même titre que bien d’autres villes du monde comme Miami Beach ou Casablanca. Une richesse qui mérite vraiment d’être redécouverte et valorisée.

Maison unifamiliale à Ciudad Jardin.

Maison unifamiliale à Ciudad Jardin.

Né au détour des années 20 et 30, le style art déco s’est emparé de plusieurs quartiers de Las Palmas et a marqué à la fois la construction de maisons familiales, d’immeubles d”habitation et d’édifices industriels ou publics de façon importante et significative pendant des décennies, se prolongeant même parfois jusqu’aux années 50, principalement sous l’impulsion de l’architecte canarien Miguel Martín Fernández de la Torre, mais aussi d’autres comme Antonio Cardona Aragón.

C’est dans le quartier de Ciudad Jardin que l’aventure de l’art déco commence à Las Palmas alors que le jeune architecte Miguel Martín, tout juste de retour de Madrid où il vient de terminer ses études, dessine les plans d’urbanisation d’une zone qui jusqu’alors était un vaste terrain inhabité où se trouvaient seulement quelques hôtels pour riches touristes, comme le Santa Catalina et le Metropole. Le projet est une commande du maire de l’époque qui veut relier les deux pôles nord et sud de la ville. C’est ainsi qu’au cours des années trente des familles opulentes commencent à s’installer dans ce quartier et font construire des maisons unifamiliales d’un genre nouveau, plus actuel, sous l’influence de Le Corbusier et de courants architecturaux modernes britanniques. C’est le début d’un temps nouveau.

Miguel Martín Fernández de la Torre et la naissance de Ciudad Jardin

Cabildo de Gran Canaria,

Le Cabildo de Gran Canaria, 1928.

Miguel Martín Fernández de la Torre se charge de l’élaboration d’une bonne partie de ces nouvelles villas aux lignes pures et aux volumes cubiques donnant ainsi naissance au mouvement rationaliste qui domine dans ce quartier et que plusieurs n’hésitent pas aujourd’hui à englober dans le style art déco. À peu près à la même époque, il réalise également son chef d’œuvre, le siège du Cabildo de Gran Canaria. Pendant plusieurs décennies, l’art déco à Las Palmas restera marqué et dominé presque essentiellement par cet unique cabinet d’architectes dans lequel travaille de nombreux jeunes talents étrangers, notamment autrichiens.

Par la suite, tout au long des années 30, et même encore au début des années 40, alors que l’art déco était déjà passé de mode depuis longtemps dans les autres pays, ce style architectural a continué de se maintenir à Gran Canaria et s’est répandu dans les autres quartiers de la ville alors en construction et en plein développement comme Alcaravaneras, Paseo de Chili, La Cornisa, la colonie ICOT, les environs de Santa Catalina, Schamann, et même jusqu’à Tafira dans la banlieue de la capitale, etc. D’autres architectes comme Antonio Cardona Aragón se font également remarquer. L’art déco a réellement façonné le visage de Las Palmas et a donné à plusieurs rues de la capitale une allure et un élégance incomparables.

Un style qui s’exporte peu à peu dans les autres quartiers de la capitale

Édifice d'habitation dans le quartier Alcaravaneras.

Édifice d’habitation dans le quartier Alcaravaneras.

Si le quartier Ciudad Jardin se distingue par ses maisons unifamiliales vastes et élégantes, le style des constructions s’est radicalement modifié quand l’urbanisation s’est prolongée jusque dans le quartier voisin, Alcaravaneras, lui aussi en plein développement. Cette fois, il s’agit d’un quartier populaire, beaucoup moins riche, il n’était plus question d’élaborer des villas somptueuses avec des jardins particuliers, il a fallu rationaliser l’espace, rentabiliser les investissements et gérer les ressources au plus serré.

C’est pourquoi le quartier Alcaravaneras tout en restant art déco est dominé par des édifices d’un autre genre, généralement des immeubles d’habitation, comprenant plusieurs appartements, répartis en étages. Il s’agit de logements avant tout pratiques, et destinés à loger la classe moyenne.  Les cuisines sont étroites, et la plupart du temps, on compte à peine trois chambres et une petite salle à manger, c’est-à-dire juste le minimum de pièces nécessaires pour l’époque. Le rez-de-chaussée des bâtiments abritent souvent des boutiques, des restaurants ou des cafés. C’est un habitat assez répandu également dans les autres quartiers de Las Palmas comme à Vegueta et Triana.

Du logement privé aux édifices industriels et aux bâtiments publics

Station essence Cepsa.

Station d’essence Cepsa.

En plus de marquer le logement privé et résidentiel, l’art déco a également laissé des traces dans les édifices industriels ou les bâtiments publics, et ce de manière assez tardive, jusque dans les années 50. C’est le cas notamment de l’usine La Regenta, autrefois fabrique de cigares et aujourd’hui devenu un centre d’art contemporain, et également du garage Casa Ford, qui date de 1950, et qui devrait être rénové pour devenir un hôtel, selon ce qu’affirme son propriétaire.

On note également dans ce style, la station d’essence Cepsa sur la rue Tomás Morales, l’hôtel Parque construit en 1940 et qui fait également partie des trésors art déco de la ville et plusieurs cinémas comme le Ciné Capitol ou le Cine Avellaneda, devenu aujourd’hui le théâtre Guinigada. Enfin, le stade Insular inauguré en 1944 est un magnifique exemple d’édifices publics de style art déco. Récemment rénové et transformé en parc sportif, ses façades originales ont néanmoins été conservées et méritent toujours le détour. Parallèlement et pour être complet, il faudrait mentionner de nombreuses autres réalisations comme des cliniques médicales, hôpitaux ou entrepôts industriels. Le patrimoine art déco de Las Palmas n’en finit pas de se laisser découvrir.

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria mars 7, 2016 12:00
Écrire un commentaire

Aucun commentaire

Aucun commentaire!

Soyez le premier a écrire un commentaire sur cet article!

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

<

Réservez en ligne dès maintenant !

De retour à partir du 24 août ! Activité adaptée aux normes sanitaires liées au coronavirus.

Suivez-nous !

Publicité et promotion

Faites-vous connaître à Gran Canaria et à partir de Gran Canaria par un large public francophone international Consultez notre Kit Média en ligne et contactez-nous pour réserver votre campagne publicitaire.