La sauterelle aux jambes arquées de Maspalomas est actuellement en danger d’extinction

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria mai 14, 2019 16:07

La sauterelle aux jambes arquées de Maspalomas est actuellement en danger d’extinction

Son nom savant, c’est Dericorys Minutus, ou “sauterelle aux jambes arquées de Maspalomas”, cette espèce endémique de Gran Canaria – recensée officiellement pour la première fois en 1954 – court actuellement un grand danger d’extinction, dans l’indifférence générale.

C’est l’entomologiste français Lucien Chopard qui l’a recensé officiellement en 1954, le Dericorys Minutus est une espèce de sauterelle endémique de Gran Canaria, c’est-à-dire qu’elle n’existe nulle part ailleurs au monde, elle était à l’origine localisé dans le sud de l’île, au niveau de Maspalomas, mais depuis des années déjà on ne la trouve presque plus.

On l’appelle aussi la “sauterelle aux jambes arquées de Maspalomas” et on la reconnaît à sa robe grise tachetée de noir et à sa silhouette trapue, la sauterelle Dericorys Minutus est à l’origine une espèce endémique de Gran Canaria, localisée principalement dans le sud de l’île, au niveau de Maspalomas, mais cela fait déjà longtemps qu’on n’en voit plus aucun spécimen dans cette zone, le dernier aurait été aperçu en 1949 !

Selon les observateurs, il en resterait néanmoins encore quelques colonies autours de Sardina del Norte, près de Gáldar. Actuellement, l’espèce est d’ores et déjà inscrite sur la liste rouge européenne des espèces disparues, établie par l’IUCN (International Union for Conservation of Nature / Union internationale pour la conservation de la nature), une des principales organisations non gouvernementale mondiale consacrée à la conservation de la nature.

C’est le site d’information Tamaran Pasion por Gran Canaria qui tire le signal d’alarme cette semaine en rappelant le sort de cet infortuné insecte. L’organisme déplore qu’on ne fasse rien pour essayer de faire se reproduire l’insecte en captivité, afin de le relâcher ensuite dans des zones où la pression humaine serait moindre et où il pourrait se développer en toute tranquillité. Cela permettrait d’éviter de le voir disparaître à jamais, comme cela est déjà arrivé pour bien d’autres espèces.

Selon Tamaran, il existe de nombreux programmes de recherche sur les espèces menacées ou en cours d’extinction de par le monde, soutenus par des institutions, des fondations, et des entreprises privées, mais il semblerait que la faune et la flore des Canaries n’aient pas la chance de retenir beaucoup l’attention, ce qui est évidemment fort  dommage compte tenu du nombre important d’espèces endémiques qu’on trouve par ici. C’est notamment pour cette raison que l’organisation a décidé d’aviser ses lecteurs au sujet du risque de disparition totale de la “sauterelle aux jambes arquées de Maspalomas”.

D’une manière générale, il est à noter que plus de 25 % des espèces de grillons, criquets, sauterelles et autres orthoptères recensées dans le monde sont actuellement en danger ou en cours d’extinction. En Europe, sur les 739 espèces endémiques d’orthoptères identifiées, 231 sont menacées, soit 31,3 % d’entre elles. Leur disparition affecte directement la chaîne alimentaire de nombreuses autres espèces. L’agriculture intensive, avec l’usage de pesticide ou d’herbicide, ainsi que le développement touristique dans les zones rurales seraient en grande partie responsables de cette hécatombe.

TAMARÁN, Pasión por Gran Canaria.

 

 

À lire également :

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria mai 14, 2019 16:07