Qu’est-ce que le “cuchillo canario”, le couteau traditionnel canarien, à quoi sert-il et d’où vient-il ?

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria octobre 8, 2018 18:29

Qu’est-ce que le “cuchillo canario”, le couteau traditionnel canarien, à quoi sert-il et d’où vient-il ?

Entièrement fabriqué à la main de manière traditionnelle, le cuchillo canario était à l’origine un outil de travail utilisé dans les champs et à la campagne, il est aujourd’hui de plus en plus considéré comme une œuvre d’art en soi, voire même un objet de collection.

Les origines exactes du cuchillo canario se perdent dans la nuit des temps. Certains situent sa naissance dès le XIIIè siècle, en plein Moyen-Âge, d’autres affirment qu’il remonte seulement au milieu du XIXè siècle. Quoi qu’il en soit, il fait désormais partie des symboles les plus forts qui caractérisent la culture canarienne.

Pour de nombreuses générationss, il a été l’intrument indispensable des agriculteurs et des éleveurs canariens. Tous les hommes en âge de travailler en possédait un. Il était source d’orgueil et de fierté, inséparable de son propriétaire.

 

D’origine andalouse et de tradition mudejar

On dit que c’est principalement son utilisation systématique dans les plantations de banane qui a généralisé son implantation dans l’archipel canarien. On dit aussi qu’il aurait été importé d’Andalousie et que sa méthode de fabrication serait héritée des derniers artisans musulmans qui vivaient encore dans cette région après la Reconquête, ce qu’on appelle le style mudejar.

Malgré son apparence effrayante et sa longue lame tranchante et acérée, qui peut aller de 15 à plus de 23 centimètres, le cuchillo canario n’a jamais été conçu pour devenir une arme ou un instrument de défense. Il s’agit bel et bien d’un outil de travail et guère plus.

On raconte même que quand les hommes canariens voulaient se battre et en venir aux mains, la tradition leur imposait toujours de placer leur cuchillo bien loin d’eux et le plus inaccessible possible pour que personne ne songe à l’utiliser. Sage réflexe et beau gage de prudence qui a probablement sauvé bien des vies et évité de nombreux accidents.

 

Un instrument pacifique plus que guerrier

Entièrement réalisé à la mains, selon une méthode traditionnelle, le cuchillo canario se compose de deux parties distinctes, la lame d’un còté et le manche de l’autre, reliés au centre par un point d’attache aussi fin que la taille d’une guêpe, c’est la partie la plus étroite du couteau. La lame est entièrement faite de métal, forgée à la main, et peut être en or, en argent, en acier, en plaqué ou en mélange de plusieurs métaux.

Le manche est la partie la plus décorée, celle qui attire le plus l’attention. On y trouve de nombreux ornements, des motifs variés et originaux, tracés par plaquage ou incrustation de métal ou de bois, mais aussi en utilisant la corne de bélier, des os de vache ou des coquillages.

L’art du cuchillo est répandu dans tout l’archipel canarien mais c’est à Gran Canaria qu’on en produit le plus, il existe même un monument sculpture qui lui rend hommage sur le territoire de la municipalité de Santa Maria de Guía (voir photo).

Le cuchillo canario fait partie de ces traditions canariennes dont le prestige et la réputation sont loin d’avoir faibli avec le temps et n’ont fait même qu’augmenter au cours des dernières années, exactement comme la gravure sur les coffrets et boîtes en bois. On en fabrique encore et le nombre de collectionneurs ne cesse d’augmenter. C’est d’ailleurs une parfaite idée de cadeau ou de souvenir à ramener de Gran Canaria.

 

 

Lire également sur ce sujet : 

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria octobre 8, 2018 18:29

Articles classés par mois