Le centre commercial Yumbo confronté à l’application soudaine des normes de sécurité

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria avril 25, 2016 22:09

Le centre commercial Yumbo confronté à l’application soudaine des normes de sécurité

Le centre commercial Yumbo de Playa del Inglés offre en ce moment un visage radicalement nouveau et surprenant. Toutes les chaises et les tables des terrasse ont disparu de la chaussée publique. Le débat fait rage entre les partisans et les opposants de ces nouvelles mesures.

C’est un véritable vent de révolution qui souffle actuellement sur le Yumbo, le célèbre centre commercial de Playa del Inglés. La mairie de la municipalité a décidé d’appliquer à la lettre du jour au lendemain les normes de sécurité publique au grand mécontentement de certains propriétaires de bars, restaurants et cafés. 

Au Yumbo désormais, plus rien ne dépasse. La chaussée a été dégagée. Toutes les chaises et les tables ont été déplacées à l'intérieur des terrasses.

Au Yumbo désormais, plus rien ne dépasse. La chaussée a été dégagée. Toutes les chaises et les tables ont été déplacées à l’intérieur des terrasses.

Le centre commercial Yumbo est connu de par le monde pour être le lieu de divertissement nocturne par excellence de la communauté gay locale et internationale à Gran Canaria. Il offre d’ailleurs, dit-on, la plus grande concentration d’établissements gay au monde. Ce petit monde est actuellement en effervescence, bousculé par l’application soudaine des normes de sécurité municipale.

Un petit milieu ébranlé

Depuis de longues années déjà, le Yumbo fait l’objet de nombreuses plaintes de la part des riverains et de propriétaires d’établissements qui déplorent le niveau sonore abusif de la musique et la totale anarchie qui règne au niveau des règles de sécurité. En effet, dans ce centre commercial, c’est toujours la loi du plus fort ou du plus bruyant qui triomphe. Rares sont ceux qui manifestent de la compassion pour leur voisin, les plus petits et encore mois pour les résidents du quartier. Confrontée à une situation devenue insoutenable et ingérable, la municipalité a décidé de faire face au problème une bonne fois pour toutes et de prendre le taureau par les cornes.

Jeudi dernier, le 21 avril, des agents  municipaux, accompagnés par les services de la police locale, ont soudainement envahi les allées du centre commercial et ont obligé tous les établissements à renter à l’intérieur de leur propres terrasses toutes les chaises et les tables qui dépassaient sur la voie publique. Tous les trépieds et supports promotionnels ont également dus être rapatriés à l’intérieur. C’est ainsi que du jour au lendemain, le Yumbo a changé radicalement d’allure en offrant en l’espace de quelques heures à peine un nouveau visage beaucoup plus aéré et propre. À présent, les allées sont larges et dégagées, ont peut enfin circuler.

Évacuer l’espace public au nom de mesures d’urgence

Le nouveau visage du Yumbo avec les allées publiques dégagés de tout mobilier laissant  une soudaine et nouvelle impression de vide et d'espace.

Le nouveau visage du Yumbo avec les allées publiques dégagées de tout mobilier, laissant une soudaine et nouvelle impression de vide et d’espace.

Pour imposer ce changement radical, la municipalité a mis de l’avant les nouvelles normes de sécurité en vigueur dans les lieux publics. En effet, en cas d’incident ou de catastrophe, il est important que des véhicules d’urgence comme des ambulances, des camions de pompiers ou des voitures de police, puissent pénétrer rapidement les lieux en utilisant les voies prévues à cet effet. Or, tout accès à l’intérieur du centre était devenue impossible avec le temps à cause de l’accumulation de chaises et de tables sur la chaussée.

La municipalité rappelle qu’il a toujours été interdit de placer du mobilier sur la voie publique et que les commerçants doivent se limiter à occuper l’espace correspondant aux locaux commerciaux qu’ils ont en location. Avec le temps, les commerçants ont perdu de vue cette règle et, comme personne ne les obligeait à la respecter, ils ont commencé par occuper l’espace public. D’abord avec une rangée de chaises et de tables, et comme on ne leur disait toujours rien, on a vu apparaître une deuxième rangée de mobilier, puis une troisième. C’était un cycle sans fin que la municipalité a dû recadrer. La mesure devrait être définitive et désormais, tous les contrevenants seront soumis à une amende de 3 700 euros.

D’autres mesures à suivre

Si le déménagement des terrasses à l’intérieur des locaux a déjà provoqué une grosse insatisfaction de la part des commerçants, il faut s’attendre cependant à l’application d’autres normes de sécurité qui vont elles aussi chambouler encore plus les habitudes des uns et des autres. La municipalité veut également imposer une réduction draconienne du niveau sonore de la musique dans les établissements et interdire toute représentation de spectacles en plein air. Là encore il s’agirait simplement de mettre les établissements en conformité avec des lois existants depuis longtemps mais qui ne sont jamais respectées.

Sur cette photo, on voit très bien, dessinée sur le sol, la bande d'asphalte qui a été dégagée de tout mobilier et qui était auparavant occupée par des tables et des chaises.

Sur cette photo, on voit très bien, dessinée sur le sol, la bande d’asphalte qui a été dégagée de tout mobilier et qui était auparavant occupée par des tables et des chaises.

Pour les commerçants, évidemment, la pilule est difficile a digérer. Plusieurs craignent de voir leur niveau de rentabilité baisser radicalement, dû à la diminution de tables et de chaises pour accueillir les clients, d’autres pensent même que la réduction du niveau sonore et l’interdiction de donner des spectacles en plein air pourrait aller jusqu’à entraîner la fermeture pure et simple de leur entreprise. Les établissements de type cabaret situés sur le Boulevard Oasis du centre commercial sont particulièrement inquiets en ce sens, surtout à quelques jours de l’ouverture officielle de la Gay Pride 2016.

L’incompréhension régne

Au plan local, c’est un véritable débat qui fait rage entre les partisans et les opposants à l’application des normes de sécurité. Les riverains et les voisins résidant proche du Yumbo sont ravis de voir leur droit à dormir la nuit et à vivre dans le calme enfin respecté. À l’intérieur même du Yumbo, la division règne. Un certain nombre de commerçants sont également ravis de voir les nuisances du niveau sonore enfin diminuer et de pouvoir travailler dans un calme relatif. D’autres en revanche sont vent de bout contre la municipalité et ont déjà lancé des pétitions publiques pour dénoncer l’application de ces normes qu’ils considèrent comme des obstacles au bon développement de leur commerce ou entreprise.

L’issue de toute cette confusion est assez incertaine mais il faut signaler que la ville de San Bartolomé de Tirajana n’est pas la première municipalité du sud de l’île à décider brusquement de faire appliquer les normes de sécurité. La ville de Mogan s’est également lancée dans une vaste campagne d’application des lois au cours de l’année dernière avec un succès plus ou moins mitigé. Quant à la mairie de San Bartolomé de Tirajana, cela fait des années déjà qu’elle essaie de faire respecter les normes par les commerçants du Yumbo mais sans jamais avoir réussi à gagner la partie. Il semblerait néanmoins que cette fois-ci le ton soit véritablement monté d’un cran.

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria avril 25, 2016 22:09
Écrire un commentaire

Aucun commentaire

Aucun commentaire!

Soyez le premier a écrire un commentaire sur cet article!

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués par un*