Coronavirus : Le Carnaval de Maspalomas est maintenu malgré les risques de pandémie

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria mars 3, 2020 17:02

Coronavirus : Le Carnaval de Maspalomas est maintenu malgré les risques de pandémie

Alors que la crise du coronavirus sévit de par le monde et qu’on parle à présent de pandémie fulgurante, les dirigeants de Gran Canaria et de Maspalomas maintiennent le carnaval international ce mois-ci à Playa del Inglés, malgré les risques de contamination générale. 

C’est une attitude qui suscite à la fois incompréhension et inquiétude chez de nombreuses personnes, ainsi que plusieurs interrogations : pourquoi le Carnaval de Maspalomas est-il maintenu alors qu’on est en pleine crise d’urgence sanitaire et que l’événement va rassembler des centaines de milliers de participants entraînant d’énormes risques de contagion supplémentaires ?

Partout dans le monde, c’est la même panique et les mêmes réactions. Le coronavirus se répand, il est déjà bien implanté dans plusieurs régions, les victimes se multiplient, les contagions galopent et tous les gouvernements de la planète sont en train de mettre en œuvre toutes les mesures possibles et imaginables pour freiner la contagion. Tous les gouvernements du monde, sauf les dirigeants de Maspalomas et de Gran Canaria qui maintiennent le prochain Carnaval comme si tout allait bien et qu’il ne se passait rien.

On sait encore bien peu de choses sur ce nouveau virus. Ni comment il se transmet vraiment, ni comment l’éviter et encore moins comme le soigner ou se vacciner. Et c’est  justement parce qu’on ne peut pas encore répondre clairement à toutes ces questions que la prudence est de mise partout. Elle est nécessaire et obligatoire. On ne peut pas jouer avec la vie des gens.

Le Carnaval de Venise a été annulé, celui de Nice a été raccourci, les rassemblements de plus de 5000 personnes sont désormais interdits en France, le Louvre a été fermé, des salons annulés… mais le Carnaval de Maspalomas va avoir lieu tout à fait normalement comme si de rien n’était. N’est-ce pas une attitude étrange et surprenante ? Qui va porter la responsabilité de cette décision plus tard si les conséquences s’avèrent désastreuses ? Et malheureusement, on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

L’Italie est un des principaux pays touchés par la contamination, des villes entières sont en quarantaine là-bas et coupées du monde, les théâtres et les stades sont fermés par sécurité, et pourtant on laisse des milliers de touristes italiens se déverser sur Gran Canaria sans le moindre contrôle ni la moindre précaution. Le monde entier s’organise et prend des mesures, sauf ici. Comment comprendre une telle attitude ? Cela semble pourtant contraire à la logique la plus élémentaire.

À Gran Canaria, pas plus tard qu’il y a une semaine, les autorités ont fermé toutes les écoles en urgence par mesure de sécurité pendant plusieurs jours parce qu’il y avait un peu de calima, c’est-à-dire des particules microscopiques de sable dans l’air, si petites que le phénomène est totalement sans danger pour la majorité de la population. Et pourtant, on n’hésite pas, on ferme toutes les écoles de toute l’île !! Les dirigeants nous expliquent que la priorité, c’est la santé de la population et qu’ils ne prendront aucun risque à ce sujet. Soit. Admettons. Mais si on ferme les écoles pour une simple calima, est-il logique d’organiser un carnaval de centaines de milliers de personnes en pleine épidémie virale ?

On ferme les écoles à cause d’une simple calima et on maintient le carnaval avec le coronavirus, c’est quoi la logique ?

Dans les conditions actuelles, organiser le carnaval de Maspalomas et convier cette foule innombrable et internationale à venir se mélanger pendant plusieurs jours de fête dans un espace confiné à quelques rues à peine traduit tout simplement un réel manque de considération pour la santé humaine et la vie d’autrui. La situation est réellement explosive et peut facilement provoquer une véritable vague de nouvelles contagions qui se déversera non seulement sur Gran Canaria mais sur l’Europe tout entière, voire plus loin. En effet, tous les nouveaux contaminés vont ensuite quitter l’île pour retourner chez eux où il diffuseront le virus à leur tour. Le risque est énorme et fait véritablement peur.

Comment peut-on faire la sourde oreille à ce point face à un tel danger ? Et comment peut-on rester à ce point impassible et indifférent ? On sait tous que les enjeux économiques sont énormes et qu’ils pèsent pour beaucoup dans la balance au moment d’agir, et personne ne veut que Maspalomas se retrouve du jour au lendemain plongé dans une crise économique qui ruinerait la station balnéaire, bien sûr que non, mais il y a peut-être un juste milieu à adopter, une alternative à proposer, quelques mesures à prendre qui prouveraient que les dirigeants ne se soucient pas que des questions économiques et qu’ils ont aussi à cœur de préserver la santé de la population d’ici et d’ailleurs. Si tous les autres carnavals d’Europe ont été annulés, n’est-ce pas le signe qu’il se passe quelque chose ?

On ne sait pas encore si le public va participer nombreux au prochain Carnaval de Maspalomas, si l’assistance sera égale à celle des années précédentes ou si la fréquentation sera en baisse. Mais il est clair qu’il s’agit cette année d’une édition à haut risque et il faut espérer que personne n’aura à regretter le maintient de cet événement.

 

 

Réservez votre prochain séjour à Gran Canaria en consultant les offres ci-dessous

 



Booking.com

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria mars 3, 2020 17:02

Commandez votre autocollant en ligne !

Votre musique sur Amazon

Suivez-nous !

Publicité et promotion

Faites-vous connaître à Gran Canaria et à partir de Gran Canaria par un large public francophone international Consultez notre Kit Média en ligne et contactez-nous pour réserver votre campagne publicitaire.

Recherche par catégorie

Articles classés par mois