Maspalomas toujours à zéro trois mois après le début de la crise du coronavirus

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria juin 12, 2020 20:11

Maspalomas toujours à zéro trois mois après le début de la crise du coronavirus

La station balnéaire phare du sud de Gran Canaria est toujours à zéro trois mois après le début de la crise du coronavirus, les principaux centres commerciaux sont résolument fermés, les rues restent désespérément vides et nul ne sait quand la vie va reprendre.

Même si quelques bars et restaurant ont rouvert leurs portes depuis quelques semaines déjà, l’activité demeure pratiquement inexistante à Maspalomas et la très grande majorité des boutiques, établissements et des entreprises dédiées au tourisme ne peuvent pas fonctionner et gardent leur rideau baissé.

Trois mois après le début de la crise du coronavirus, la situation n’est guère brillante pour les intervenants du secteur touristique de Gran Canaria, que ce soit dans le sud comme dans tout le reste de l’île. À Maspalomas notamment, les rues restent vides, les centres commerciaux déserts et les hôtels fermés. Une situation due essentiellement à la fermeture des frontières et à l’absence de connexions aériennes vers la clientèle à l’étranger.

À Playa del Inglés, il est désormais possible d’accéder à certains centres commerciaux comme la Sandia, le Cita ou le Yumbo, mais les établissements ouverts sont si rares qu’on est loin de pouvoir parler d’un retour à la normale. Au Yumbo, hier soir, un gros maximum de quatre ou cinq bars étaient ouverts, tous situés au rez de chaussée, avec chacun deux ou trois clients en terrasse, la plupart du temps les propriétaires eux-mêmes avec des amis, pas de quoi pavoiser.

Au Cita, le supermarché Spar a rouvert et constitue à lui seul presque toute l’activité de la zone. Le reste garde porte close. Enfin, à la Sandia, on parle également d’un supermarché plus un bar. Mais rien sinon. Du côté de San Agustin, on signale l’ouverture de quelques restaurants qui profitent de leurs vastes terrasses pour accueillir une clientèle de résidents acquise depuis longtemps.

 

Un petit espoir à partir de juillet

Sur l’avenida de Tirajana, l’activité est un peu plus soutenue mais à peine. Dans le reste de la station balnéaire, tout est vide. Les centres commerciaux Kasbah, Plaza, Tropical et Botanico sont toujours fermés. Les hôtels aussi. En revanche, il est toujours possible de louer des appartements. On parle de plus en plus d’une possible reprise de l’activité touristique à partir de juillet, mais tout doucement, grâce au retour de quelques lignes aériennes, dont Vueling, dans des conditions qui restent encore à préciser.

Les acteurs du secteurs touristique pour leur part oscillent entre espoir, résignation et désespoir, selon les cas de chacun. Pour quelques-uns, il sera possible d’ouvrir dès les semaines prochaines mais la question demeure toujours “ouvrir pour qui”, alors qu’il n’y a aucun touriste en ville et que bon nombre de travailleurs étrangers sont déjà retournés dans leur pays d’origine.

La majorité des commerçants semble résignée à attendre l’automne voire l’hiver prochain pour tenter un retour à la normale, mais tous n’ont pas les reins suffisamment solides financièrement parlant pour tenir pendant des mois sans salaires et sans revenus. On voit de plus en plus apparaître des pancartes “local à louer” sur les devantures, signe que certains établissements ont déjà décidé que la partie était perdue et qu’ils ne reviendraient plus.

 

Découvrez nos images exclusives de Maspalomas trois mois plus tard

 

Lire également sur le sujet :

 

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria juin 12, 2020 20:11

Commandez votre autocollant en ligne !

Votre musique sur Amazon

Suivez-nous !

Publicité et promotion

Faites-vous connaître à Gran Canaria et à partir de Gran Canaria par un large public francophone international Consultez notre Kit Média en ligne et contactez-nous pour réserver votre campagne publicitaire.

Recherche par catégorie

Articles classés par mois