Querelle diplomatique au sujet des eaux territoriales entre les îles Canaries et le Maroc

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria août 8, 2017 14:41

Querelle diplomatique au sujet des eaux territoriales entre les îles Canaries et le Maroc

Suite au décret adopté par le Maroc, le 6 juillet dernier, au sujet des eaux territoriales qui séparent les îles Canaries du Sahara Occidental, le Cabildo de Gran Canaria n’a pas tardé à réagir et demande le respect de la législation internationale.

C’est la querelle diplomatique du moment entre les îles Canaries et le Maroc, et encore une fois la question de l’indépendance du Sahara Occidental est au cœur du litige. En effet, le gouvernement de Rabat voudrait déterminer dès à présent le tracé des eaux territoriales entre les pays voisins, tandis que le Cabildo de Gran Canaria rappelle que la législation internationale ne le permet pas.

Un décret adopté récemment par le gouvernement du Maroc semble avoir mis le feu aux poudres. En effet, avec ce texte adopté en chambre des communes le 6 juillet dernier, le Maroc affirme sa volonté de contrôler les eaux territoriales du Sahara Occidentales et de se les approprier, redessinant ainsi le tracé des frontières avec les îles Canaries.

Selon le porte-parole du gouvernement marocain, il s’agit d’une « décision de souveraineté à caractère politique avec des dimensions économiques, stratégiques et diplomatiques ». D’après Rabat, ce nouveau texte cherche à mettre un terme aux arguments qui contestent la souveraineté du pays sur les eaux sub-sahariennes et qu’il permettra aux autorités du Maroc d’ « actualiser ses données pour demander l’expansion de son territoire continental”.

Le Cabildo de Gran Canaria n’a pas tardé à réagir en affirmant que l’opposition à cette décision serait mise à l’ordre du jour et débattue en assemblée générale lors d’un vote d’une motion de refus. M. Carmelo Ramírez, conseiller du Cabildo à la Solidarité Internationale, a affirmé pour sa part que cette décision “affectait gravement les îles Canaries, compte tenu de leur proximité avec le Sahara Occidental, situé approximativement à 100 kilomètres, avec les conséquences que cela suppose pour l’économie et la stabilité  de l’archipel”.

Le conseiller Ramirez a aussi sous-entendu que la possible présence d’hydrocarbures et de minéraux, comme la tellure, dans les eaux voisines des Canaries et du Sahara Occidental, pourrait être une des raisons qui a soudain réveillé l’intérêt du Maroc pour cette zone.

 

Un territoire sous législation internationale

Rappelons que, selon la législation internationale actuellement en vigueur, le Sahara Occidental « n’est pas placé sous la souveraineté du Maroc » et qu’il est défini comme un « territoire non autonome occupé illégalement par l’administration marocaine ».

En outre, la décision du gouvernement Marocain va à l’encontre des divers dispositifs votés par l’ONU, qui prévoient que le peuple sahraoui a droit à l’autodétermination. L’Espagne, l’Union Européenne et l’Union Africaine ont déjà pris des positions allant également dans ce sens. C’est pourquoi le conseiller Ramírez affirme que les circonstances exigent une réponse à la fois de l’ONU et de l’Union Européenne, pour « obliger le gouvernement marocain à respecter les normes ».

Pour toutes ces raisons, le Cabidlo de Gran Canaria a rédigé une motion qui s’oppose à la décision du gouvernement marocain de dessiner lui-même les frontières de la mer du Sahara Occidental, qui n’est pas sous sa souveraineté, et qui exige du gouvernement espagnol qu’il dénonce la situation devant les organismes internationaux pour obliger le Maroc à respecter la législation internationale.

Le texte demande par ailleurs que le Gouvernement des Canaries soit chargé de suivre ce dossier et que le droit à un référendum d’autodétermination soit respecté pour le peuple sahraoui. Il est également question de demander au Maroc de cesser l’occupation illégale du Sahara Occidental, d’arrêter de violer les droits humains de la population sahraoui et d’en finir avec l’exploitation des ressources naturelles locales.

Sources : El rechazo a la decisión de Marruecos de delimitar las aguas fronterizas frente a Canarias, a debate en el pleno del Cabildo

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria août 8, 2017 14:41