À quoi ressemblaient les Guanches, les premiers habitants de Gran Canaria, et d’où venaient-ils ?

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria mai 26, 2017 12:32

À quoi ressemblaient les Guanches, les premiers habitants de Gran Canaria, et d’où venaient-ils  ?

Si on en sait toujours plus sur leur culture et leur mode de vie, on se demande encore aujourd’hui à quoi pouvaient bien ressembler physiquement les Guanches, les premiers Canariens… Et d’où venaient-ils exactement ? À défaut de certitudes, quelques pistes ont quand même fini par émerger…

Comme ils ne connaissaient ni l’art du portrait et encore moins les techniques de la photographie, il n’existe aucune représentation physique des Guanches. Les premiers colons débarqués dans l’archipel en ont fait des descriptions plus ou moins précises, mais pour le reste il a fallu faire appel aux hypothèses et aux suppositions.

Un des premiers témoignages au sujet des Guanches est celui d’un Français, le sieur Jean de Béthencourt, un seigneur normand débarqué aux îles Canaries au tout début du 15è siècle (1402-14o6) dans l’intention d’évangéliser ces peuples païens. Selon les descriptions laissées par ces explorateurs, ils se trouvèrent en présence d’indigènes « au teint clair et de taille haute ». C’est déjà une première indication.

Selon les études les plus récentes, les Guanches seraient en partie d’origine berbère. Les Berbères étaient des tribus nomades qui avaient peuplé une grande partie de l’Afrique du Nord dès l’époque de l’ancienne Égypte. Ils seraient ensuite arrivés aux îles Canaries en traversant l’Atlantique depuis les côtes sud du Maroc actuel, et ce plusieurs siècles avant l’ère chrétienne.Ceci expliquerait certaines ressemblances entre les Canariens et les Marocains.

Des origines berbères confirmées

Outre l’aspect physique, on a pu établir de nombreux liens entre les Guanches et les Berbères. Par exemple, il existe certaines connexions entre la langue des Guanches et les dialectes parlés par les Touaregs et par les Berbères. Par ailleurs, on trouve des similitudes au niveau de leurs pratiques culturelles et alimentaires, de leur habitat troglodyte, de leurs rites funéraires, de la toponymie et des gravures rupestres. Les études génétiques qui ont été entreprises tendent également à prouver une parenté étroite entre les deux ethnies. Des traces d’influence nord-africaines semblent donc certaines.

Y avait-il d’autres peuples sur l’archipel avant l’arrivée des berbères ? Y’a t-il eu métissage sur place ? On ne le sait pas avec certitude, mais certains chercheurs ont évoqué la présence d’un peuplement préhistorique encore plus ancien, proche de l’homo sapiens, dit de Cro Magnon. On parle aussi d’un peuplement de plus de 30 000 Libyens environ 500 ans avant JC sous l’impulsion de l’amiral carthaginois Hannon.

Actuellement, les chercheurs espagnols pensent qu’il y a probablement eu plusieurs vagues de peuplement plus ou moins rapprochées dans le temps. On obtiendrait ainsi des origines multiples et qui pourraient variées selon les différentes îles. Il ne s’agirait donc pas d’un peuplement uniforme et homogène.

Deux types principaux et très différents

De nombreux squelettes et corps momifiés de Guanches ont été retrouvés disséminés un peu partout sur le territoire. Il a donc été possible de les étudier méticuleusement. Les ethnologues qui se sont penché sur le sujet pour essayer de définir la nature de cette race guanche ont distingué deux types bien distincts.

Le plus répandu est de grande taille, d’une hauteur supérieure à 1,80 mètre. Il serait imberbe, avec la peau claire, des yeux clair et un front de penseur, c’est-à-dire assez élevé. L’autre type physique serait presque tout le contraire : de taille plus réduite, avec une peau sensiblement plus brune, des yeux de jais et un profil convexe qui révélerait un origine sémite. Il existerait aussi, mais de façon très localisée (uniquement à La Gomera) des individus de courte taille et à tête large.

En terme de chiffres, on estime qu’avant la conquête espagnole du XVème siècle, les Guanches étaient déjà au nombre de 30 000 à Gran Canaria et à Tenerife, plus de 4000 à La Palma, plus d’un millier à El Hierro et quelques centaines à Lanzarote et à Fuerteventura.

Il ne fait aucun doute que le monde antique connaissait l’existence des Guanches. Le roi de Mauritanie, Juba II, qui vivait au Ier siècle de notre ère, avait envoyé une expédition à la rencontre de ces tribus insulaires. Il connaissait les îles Canaries et les peuples qui y habitaient. II les décrivait nombreux et vantait leur prospérité.

Toujours dans l’Antiquité, le philosophe grec Platon avait lui aussi mentionné les Guanches et les présentait comme de « grands hommes blonds », ce qui n’est guère impossible puisque de nombreux Berbères étaient blonds aux yeux bleus avant le métissage avec les Arabes et la conquête musulmane de l’Afrique du Nord.

Comment représenter les Guanches aujourd’hui ?

Au cours des siècles, des théories et des hypothèses, les Guanches ont été identifiés successivement comme des aventuriers scandinaves égarés, des Celtes venus de la péninsule ibérique, des tribus cousines des Basques. Certains caractères culturels font évoquer une proximité avec les populations précolombiennes d’Amérique du Sud et Centrale.

Quand on les représente dans des films ou des documentaires, les Guanches sont toujours à moitié nus, partiellement couverts de peau de bête, les hommes portent la barbe et ont les cheveux longs. Ils arborent des objets ou ornements rituels et semblent se situer quelque part entre le dénuement de la préhistoire, l’austérité des barbares du moyen-âge et les bons sauvages de Rousseau. Où se trouve la vérité ? Malheureusement nul ne le sait avec certitude… probablement un peu à la rencontre de toute cette imagerie inventée ou recréée à partit du peu d’indices disponibles et qui ont traversé les temps jusqu’à aujourd’hui.

Un des meilleurs moyens pour se faire une idée de l’apparence et du mode de vie des Guanches est de se référer au film italien Tirma, tourné en 1954 à Gran Canaria – notamment sur le site des Quatre Portes – avec Marcelo Mastroiani en vedette, et qui présente sa propre version des premiers Canariens, probablement discutable et assez éloignée de la réalité, mais c’est toujours mieux que rien vu que, jusqu’à présent, c’est la seule dont on dispose. Il est également possible d’aller visiter la Cueva Pintada à Galdar où un film est diffusé montrant une reconstitution de l’histoire des Guanches et de leur habitat.

Pour en savoir plus sur l’héritage guanche à Gran Canaria, les sites archéologiques, les musées, les vestiges… visitez la section « Culture Préhispanique« .

 

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria mai 26, 2017 12:32