À Maspalomas, un chauffeur de taxi homophobe agresse deux passagers francophones

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria septembre 3, 2017 20:18

À Maspalomas, un chauffeur de taxi homophobe agresse deux passagers francophones

À Maspalomas, deux passagers francophones ont eu la peur de leur vie après avoir été violemment agressé par un chauffeur de taxi homophobe et xénophobe qui les a traités plusieurs fois de pédé avant de leur crier de retourner dans leur pays.

Aucun touriste ne s’attend à se faire violemment agresser et insulter en montant innocemment dans un taxi de Maspalomas pour une simple course à travers la station balnéaire. C’est pourtant ce qui est arrivé à deux francophones lors d’une chaude soirée d’un week-end du mois d’août.

Ce soir là, les deux passagers francophones se dirigent vers un taxi de Maspalomas stationné à une borne de taxi de Playa del Inglés. Il est approximativement 20 heures et la soirée s’annonce radieuse. Malheureusement, ce ne sera pas pour longtemps. À peine à bord du véhicule, l’accueil est glacial est le chauffeur dit à peine bonjour. Les deux passagers demandent à être conduit à l’hôtel Dunas Mirador de Sonnenland.

Dès le début de la course, l’ambiance est morose. Comme pour attester de sa mauvaise humeur, le chauffeur allume brusquement sa radio et pousse le volume à fond, tandis que des commentaires sportifs hurlés au micro par un animateur envahissent le véhicule. Impossible de s’entendre ni d’avoir la moindre conversation dans de telles conditions, encore moins de profiter tranquillement de la course. Un des passagers demande alors très poliment au chauffeur de baisser le volume de la radio.

Selon les droits du passager, officiellement publiés et reconnus par la société Taxi Maspalomas, chaque usager peut demander au chauffeur d’utiliser le système de son et la radio à bord exactement à sa guise et tel qu’il le demande. C’est le client qui décide. Mais au lieu de s’exécuter, tel que le prévoit la loi, le chauffeur fait semblant de baisser le son et les commentaires continuent de hurler de plus belle. le deuxième passager a alors demandé une deuxième fois au chauffeur non plus de baisser mais d’éteindre carrément la radio, et cette fois sur un ton un peu plus ferme.

Violemment insultés par un chauffeur homophobe et xénophobe

À la stupéfaction générale, le chauffeur refuse une deuxième fois de s’exécuter et proteste en demandant « quel est le problème avec la radio ? » Ce à quoi les passagers répondent en chœur : « C’est trop fort et à l’arrière on ne peut pas s’entendre ». Sur ce, le chauffeur se met à freiner violemment au beau milieu de la chassé et déclare alors : « Eh bien dans ce cas, je vous laisse là et vous continuerez votre route à pieds », et c’est effectivement ce qu’il a fait, se rangeant aussitôt sur le côté de la chaussée et mettant un terme à la course.

Les passagers n’en revenaient pas ! Une fois de plus, ce chauffeur violait sans vergogne tous les règlements de transport en vigueur et tous les droits des usagers. Ils ont donc protesté et là le chauffeur s’est carrément lâché en les traitant plusieurs fois de pédés (maricones) et en leur criant de « retourner dans leur pays ». Effrayés, les deux clients se sont éloignés à pas pressés mais le chauffeur loin d’en rester là leur a alors hurlé de « se mettre le doigt dans le c… » ajoutant que c’était « la seule chose qui leur plaisait ».

Ne jamais baisser la garde et signaler tout comportement irrespectueux

Les deux usagers, qui sont pourtant des habitués de Maspalomas depuis des années, n’avaient jamais assisté à tel déferlement de haine, de violence et de vulgarité. Ils ont décidé de reporter cet incident à la société de taxis de Maspalomas, malheureusement on leur a alors répondu que chaque chauffeur de taxi est indépendant, qu’il s’agit simplement d’affiliés et qu’on ne peut rien faire contre eux, à part les dénoncer à la police ou à la mairie de la ville.

Même s’il s’agit certainement d’un cas rare et non représentatif, il faut quand même savoir que de tels illuminés existent bel et bien, même à Maspalomas, la ville de la tolérance et du tourisme gay. C’est pourquoi il est recommandé aux usagers de ne jamais baisser la garde et de signaler tout comportement irrespectueux à leur égard.

Lire également à ce sujet :

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria septembre 3, 2017 20:18