Ces 10 imperfections urbaines qu’on aimerait bien voir disparaître de Playa del Inglés

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria janvier 10, 2017 11:55

Ces 10 imperfections urbaines qu’on aimerait bien voir disparaître de Playa del Inglés

Pour la plus grande partie des visiteurs, Playa del Inglés est un paradis. La chose est entendue et nul ne la conteste. Il reste pourtant des points qui pourraient être améliorés pour que l’endroit soit encore plus accueillant.

Pour bien commencer l’année 2017, IciGranCanaria s’est amusé sur le ton de l’humour a pointé du doigt ces petits défauts ou « imperfections urbaines » qu’on aimerait bien voir disparaître de Playa del Inglés pour que la station balnéaire soit encore plus belle et esthétique.

 

1 – Les pèse-personne à pièce dans la rue

pese-personne

Il y a encore quelques années, on en croisait à tous les coins de rue et ils faisaient l’amusement des touristes qui les prenaient en photo à titre de curiosités locales. Aujourd’hui, il n’en reste plus autant qu’avant mais il en reste encore trop ! Les pèse-personne à pièce qui hantent les artères de Playa del Inglés avec leur élégante chaîne antivol fixée dans les murs comme les fers d’un prisonnier, on les a assez vus ! Ce sont de véritables obstacles à la circulation, ils bloquent le passage tels des croques en jambe mal intentionnés qui guettent le piéton pour le faire basculer. Mais surtout ils sont laids et devenus totalement inutiles.

 

2 – Les mini-golfs en ruine

minigolf

Souvent ils ont fait la gloire du Playa del Inglés des premières années, du temps où les loisirs étaient plus limités qu’aujourd’hui, ils ont même été tellement à la mode qu’on en construisait absolument partout et que pas un édifice d’appartements ni un hôtel ne pouvait exister sans avoir le sien, exactement comme il fallait avoir sa piscine. Mais avec le temps, les sources de loisir se sont diversifiées et les mini-golfs se sont vus désertés petit à petit. Certains sont restés en activité mais les moins chanceux ont été fermés et abandonnés, laissant derrière eux le triste spectacle de leur grandeur passée. Il y a en a bien trop dans cet état. Ils souffrent… Est-ce qu’on pourrait faire quelque chose pour eux ?

 

3 – Les chaises en rotin plastifié

imga0646
Elles font partie d’une autre époque de Playa del Inglés et revendiquent furieusement les années 80 où elles régnaient en maître dans les rues et sur les terrasses, mais même si elles peuvent présenter l’intérêt d’avoir un petit côté vintage, les chaises en rotin plastifié sont définitivement passées de mode. Il faut reconnaître qu’il y en a beaucoup moins qu’avant car le mobilier est devenu de plus en plus branché avec le temps dans la station balnéaire, mais le peu qui reste, c’est déjà trop…, surtout quand on a peint par-dessus pour cacher leur couleur défraîchie et leur donner un nouvel air de jeunesse !

 

4 – Les cabines téléphoniques sur les trottoirs

cabinestelephoniques

Elles étaient censées disparaître en 2016 !! On nous avait promis qu’il n’en resterait plus une seule d’ici la fin de l’année. Les cabines téléphoniques sont en quelque sorte l’ancêtre du téléphone mobile. De nos jours, plus personne ne les utilise, elles ne servent plus à rien, et pourtant il y en a partout. On ne trouve même parfois deux collées l’une à la suite de l’autre !! Comme si on en manquait… Ce qui est sûr en revanche c’est qu’elles prennent de la place pour rien, elles envahissent les trottoirs qui ne sont déjà pas si larges, et bref, il faut se mettre en file indienne pour avoir la chance de les doubler dans la rue. On ne pourrait pas nous débarrasser de ces vestiges préhistoriques et gagner un peu de place pour circuler ?

 

5 – Les terrains vagues en plein centre-ville

terrainvague
Tous ne sont pas aussi propres que celui que nous avons choisi pour la photo… Il existe plusieurs terrains vagues à Playa del Inglés, perdus un peu partout dans le centre-ville, et on est toujours surpris quand on tombe dessus au-détours d’une rue ou d’un sentier. Leur état diverge cependant selon les cas… Certains sont clos par un grillage austère qui dissimule à peine un envahissement de plantes et de mauvaises herbes, d’autres disparaissent derrière de haut murs de briques et prennent l’allure de véritables enceintes fortifiées, d’autres enfin sont juste abandonnés à leur sort, hantés seulement par la silhouette de camping cars ou de promeneurs qui  y amènent leurs chiens pour faire ses besoins. Tous ces terrains vagues mériteraient vraiment d’être repris en mains et aménagés d’une manière ou d’une autre. Surtout quand on pense à la valeur qu’ils doivent représenter sur le marché à l’heure actuelle !!

 

6 – Le Mac Donald’s du centre Anexo II

mcdonalds
Lui aussi, c’est un vestige des années 80, et peut-être même d’avant !! Alors que la tendance dans tous les Mac Donald’s du monde est de se rénover et de s’adapter aux goûts du jour, avec un mobilier rajeuni, une décoration plus moderne et des espaces redessinés, la succursale du centre commercial Anexo II a décidé de rester résolument ancrée dans une autre époque et d’offrir le spectacle d’un local défraîchi, sombre et en bonne partie délabré. Une véritable honte pour la franchise américaine ! Et comme si ce n’était pas assez, l’accueil est misérable et le service exécrable. Avec ses milliers de touristes qui le visite à longueur d’année, Playa del Inglés mérite vraiment mieux !

 

7 – Les prospectus sur la voie publique

prospectus
Dans une ville, il y a pire que les détritus jetés négligemment sur la chaussée, il y a les papiers qui y sont abandonnés volontairement, et placés bien à votre vue de manière intentionnée. C’est la rançon de la gloire pour Playa del Inglés ! Victime de son succès, la station balnéaire est submergée de flyers ou de prospectus savamment disposés sur la voie publique, le long de votre chemin, pour attirer votre attention. Au cours des années, certains acteurs du tourisme local s’en sont fait leur spécialité au dépend des lois et de tout respect civique. Ils poussent même l’audace jusqu’à placer des pierre sur leurs papiers pour qu’ils ne s’envolent pas et restent en place plus longtemps.

 

8 – Le parque Europeo

parqueeuropeo

Ça fait des années qu’on nous promet sa réhabilitation et finalement on en est toujours au même point. Le parc Europeo qui jouxte le centre commercial Aguila Roja, à l’entrée de Playa del Inglés, a connu tous les destins. Pendant un temps, on y organisait des foires artisanales, puis il a servi de marché, d’espace d’exposition, d’espace de loisirs et aujourd’hui on y organise de temps en temps des événements publics, mais le terrain n’a jamais vraiment été revalorisé et il sert surtout de terrain vague où l’on va promener son chien pour lui faire faire ses besoins, tandis que les petits kiosques qui le bordent ont une fâcheuse tendance à tomber en ruine, sans aucun repreneur pour s’en occuper. Le sol en pavés a déjà été refait plusieurs fois, toujours pour rien. C’est dommage autant d’espace inutilisé.

 

9 – Les dépotoirs à ciel ouvert

depotoire

Playa del Inglés n’est pas une poubelle ! Et pourtant, ils sont plusieurs à considérer normal de jeter leurs encombrants et autres cochonneries dans des coins de rue, des passages, des cours… et de les abandonner dans des dépotoirs à ciel ouvert et à la vue de tous. Et il y en a plusieurs comme ça dans la station balnéaire. Honnêtement, ça le fait pas ! Alors, si ça pouvait arrêter et si la municipalité pouvait se décider à nettoyer tout ça pour nous en débarrasser, ce serait pas plus mal, tant sur un plan esthétique qu’au niveau hygiénique.

 

10 – Les centres commerciaux abandonnés

centrecommercial

Plusieurs centre commerciaux de Playa del Inglés sont abandonnés et fermés au public, pour toutes sortes de raison. Ils ont pu devenir vétustes ou faire faillite tout simplement. On pense à certaines parties des centres commerciaux Nilo, Eurocenter, Kasbah. Le dernier en date est le centre commercial Metro qui a été récemment condamné et interdit au public. C’est bien, mais ne pourrait-on pas faire quelque chose de tous ces couloirs désertés et de ces locaux désaffectés ? Certains offrent vraiment un spectacle pitoyable. On nous dit toujours qu’il est difficile d’agir ou de prendre la moindre décision à cause du nombre impressionnant de propriétaires qu’il faut mettre d’accord. Certes ! Mais difficile ne veut pas dire impossible…

 

 

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria janvier 10, 2017 11:55

Réservez votre logement en ligne avec Booking :

Booking.com