Le Bufadero de la Garita, à Telde, un phénomène naturel très particulier et impressionnant

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria février 28, 2017 11:49

Le Bufadero de la Garita, à Telde, un phénomène naturel très particulier et impressionnant

Le Bufadero de la Garita, à Telde, est un phénomène naturel, puissant et très particulier, qu’on ne rencontre que dans quelques parties du monde. Il est souvent recensé parmi les attractions les plus spectaculaires de Gran Canaria.

Également appelé « geyser maritime » ou « trou souffleur », un bufadero (en espagnol) est le résultat de l’action des vagues et du mouvement de la mer sur un terrain rocheux percé de conduits creux ou de cavités. C’est précisément le genre de sol qu’on trouve sur cette partie de la côte grancanarienne.

BufaderoLaGaritaLe Bufadero de la Garita, à Telde, est le meilleur exemple de ce type de phénomène à Gran Canaria, ce qui explique sa renommée et la fascination qu’il suscite sans cesse. Il existe d’autres trous souffleurs de ce type de par le monde, plus ou moins connus, comme à Tahiti ou à Hawaï. Le plus important serait celui de Kiama en Australie. Celui de Telde est très original et présente son propre intérêt.

C’est d’abord la nature du sol qui explique la présence de ce trou souffleur car il ne se produit que sur un terrain rocheux, situé proche de la mer, et percé de galeries ou d’excavations. C’est justement le cas à Telde où cette partie du littoral est composé de basalte, c’est-à-dire d’une pierre volcanique dont la matière compte de nombreux trous ou galeries naturelles.

Dans le cas du Bufadero de la Garita, le site en tant que tel a pris la forme d’un puits profond creusé à même la roche dans lequel s’engouffre l’eau, formant ainsi une sorte de piscine naturelle qui se vide et se remplit en permanence au rythme des vagues. Selon la force des courants, l’eau est régulièrement comprimée dans des cavités sous-marines et expulsée ensuite pour jaillir alors à la surface par un orifice situé à même le sol, comme dans une cheminée.

Cette propulsion donne naissance à un jet plus ou moins important qui monte vers le ciel en formant un geyser qui peut atteindre plusieurs mètres de haut, tel un jet de baleine. Le nom de bufadero utilisé en espagnol vient du fait que l’eau en s’échappant émet un son semblable au mugissement des animaux, qu’on appelle un « bufido » dans la langue de Cervantes.

 

Il faut chercher un peu pour trouver l’endroit exact du Bufadero de la Garita car rien ne l’indique précisément et il est un peu perdu en bord de mer. On y accède par la promenade piétonne qui longe le littoral et on ne le voit pas vraiment tant qu’on n’est pas arrivé juste devant. Il n’y a aucune information, aucun panneau nulle part. Qui plus est, l’accès n’est absolument pas viabilisé. On marche entre les cailloux et les rochers glissants, il faut descendre de quelques mètres, le plus possible vers le rivage.

L’intensité du bufadero n’est pas toujours la même selon la force des vagues et la quantité d’eau déplacée. Pour être sûr d’assister au spectacle le plus impressionnant, mieux vaut choisir un moment à marée haute quand le flux et le reflux de la mer est le plus important.

 

 

Ici Gran Canaria
Par Ici Gran Canaria février 28, 2017 11:49

Réservez votre logement en ligne avec Booking :

Booking.com